President's Corner

President's Blog

THURSDAY, 17 DECEMBER 2015 8:04 AM

President's Update

 
Le français suit l’anglais.

Autumn 2015

President’s Update is intended as a way of sharing with you, members of the greater Pearson College community, information about the College and activities of Desiree McGraw, President and Head of College. Update will also be posted on a revamped President’s page on the Pearson College website and will be available through the College’s social media channels. Published periodically, Update will from time to time also feature postings from other Pearson College leaders.

Introduction

What an amazing time! I know that I will be saying that again and again over the coming years, however, the experiences of my first autumn with Pearson have been truly exceptional and I am keen to share some of the highlights with you. I promise you, not all of my updates will be this lengthy, but there are so many good things to share with you.

Some of you may be wondering about my title – ‘President and Head of College.’ It is slightly different from that of my predecessors who were known as Director, Head of School or Headmaster. The change reflects several things. First of all, it brings us in line with a number of recent UWC appointments. More importantly, it reflects the Board of Directors’ expectations for this role; expectations which reflect our three key priorities: refine our academic and experiential offerings to students to ensure our curriculum and campus are world-class, raise Pearson College’s public profile and community engagement as well as achieve a sustainable financial foundation.

To underscore this mandate, the Board crafted the new title of President and Head of College. The Board also created the new position of Deputy-Head, held by Mark Bannar-Martin, thereby redefining roles and redistributing responsibilities between these new positions.

So, in addition to responsibilities as Head of College, my mandate is to vigorously promote Pearson to our external audiences, including current and potential donors and partners, as well as prospective students and the public across Canada and around the world. Many of you have heard me say I am passionate about education as a means to solving some of the world’s most pressing issues. I know Pearson College as an institution has a significant and meaningful role to play in this. I am committed to ensuring that the College has a strong foundation to support this role and that is why I am working to get that message out by traveling far and wide, spreading the word about our unique UWC school.

This is a job with a wide scope and I could not do it without the continuing support of everyone within the Pearson Community. I thank all of you for that support and I know that you will continue to join me in spreading the word about Pearson College.

Table of Contents


October Bookended by the Theme of Reconciliation

In my opening remarks to new and returning students on August 31, I issued a Call to Action to the entire Pearson Community – both on and off campus – to consider what we could contribute to reconciliation with Canada’s Indigenous Peoples. This call is in response to the release of the report of the Truth and Reconciliation Commission, a sobering and essential document that is educating all Canadians about residential schools and their place in our history.

Specifically, I said, “Now that the report has exposed the truth, the Commission challenges the country to participate in reconciliation. This is not just a challenge to indigenous people, but to all Canadians. And if you care anything about social justice, it’s a challenge to all of us. At Pearson, I believe we have a special responsibility – because we have the ability to respond to this challenge. The history and reality of residential schools run counter to everything we stand for. And as a residential school that celebrates community and diversity in all its forms, we have a special opportunity to make a difference.  What form our contribution takes will be up to us as a community to determine and create together. I would invite all students, faculty and staff – in our informal discussions and formal meetings – to start to bring your energy and ideas to thinking through what Pearson College’s contributions to reconciliation might look like. Together, drawing on our diverse experiences and perspectives, we will participate in our collective reconciliation with our First Peoples.”

Stephen Kakfwi at International Affairs

On October 6, we were honoured to welcome Pearson Board member Stephen Kakfwi to the College as our guest speaker for the International Affairs session. Ninth Premier of the Northwest Territories (2000-2003) and a past President of the Dene Nation, Mr. Kakfwi is a survivor of the residential school system. He spoke movingly and eloquently of that painful period and the ongoing impact on his life:

"There are many things in my life I am grateful for, but there is the negative side too. For 150 years Canada had a law that allowed them to come into our house and take the children away….they took me away when I was 5 and brought me back when I was 14. I was raised in a residential school and didn’t know how it was like to be raised by a parent…what is a family vacation? What is it like to grow up with a brother and sister? What is it like to have someone tuck you in and say goodnight to you? … I thought it was happening to me because it was my fault, even the nuns told me I was evil… the devastation was to us, to our family, to be separated from your people, your culture, and your language.”

Calgary Connections — YMCA International Conference and Meeting Alumni

More than 300 delegates, primarily from Canada, Mexico and the U.S., gathered to explore innovative ways to develop leadership to integrate global insight and perspective.

I was very pleased to join the Leaders Panel, Exploring Global Leadership, alongside the CEOs of YMCA-USA and YMCA-Mexico, respectively. Following the plenary session, I chaired the workshop, Continuing the Conversation – Exploring Global Leadership. This was a dynamic session that encouraged participants to go deeper into the ideas, themes and challenges identified in the earlier panel discussion of engaging young people in global issues. And of course, I took every opportunity to mention the role of Pearson College in using education as a force for change.

During my stay in Calgary, I met with alumni from the region. It was a great occasion for them to reconnect and to provide us with valuable insight and advice about how Pearson College can better reach out to former students. I also held one-on-one meetings with alumni who have kept in close contact with their Pearson community members. 

Return to 200 — Toronto Board Meetings and AGM

The Pearson College Annual General Meeting and meetings of the Board of Directors in mid-October were extremely fruitful. It was my first opportunity to address the Directors in person.

Together with Board Chair Tony Macoun, I am delighted to report that the Board has endorsed my proposal to return Pearson’s student enrollment to 200. Although this has been an aspirational goal for some time, it could not be confirmed until the Board was satisfied we could accomplish it in a way that was financially sustainable for the College and furthered our objective of providing an innovative, enriching and meaningful experience for all Pearson students. 

A special thanks for the excellent work carried out by the Pearson Working Group on Enrollment. Everyone, including Board members Ciro Echesortu, Jean Drouin and Samer Sarraf together with Director of Admissions Heather Gross, Director of Finance and Human Resources Ann Pennant and Dean of Studies Mark Bannar-Martin, worked tirelessly over the preceding two months to provide the necessary information and evidence!

The Board of Directors hosted a well-attended reception in Toronto for alumni, patrons, friends and supporters of the College. Special thanks go to Pearson grad and former Director Tom Sutton and the law firm of McCarthy Tétrault, who very kindly provided a superb venue for the reception, our AGM and board meetings.

Taking Our Responsibilities Seriously

With new leadership in place, and after 42 years as Canada’s national UWC institution, we are reviewing all facets of our mandate and operations so that we can continue to offer an extraordinary educational experience to students from across Canada and around the world.

Specifically, I want to share with you two important steps that align with our approach to good governance and ensure that we continue to meet and exceed best practices:

  • We are expanding access to the existing EthicsPoint service to make it available worldwide online and via phone to more places around the world. EthicsPoint enables anonymous telephone and online access to facilitate reporting and investigation of concerns and is available to students, faculty, staff and alumni. This expanded service will be accessible via our College website in the coming weeks.
  • Also, like many schools in Canada and across the globe, Pearson is proactively reviewing existing conduct and whistleblower policies and procedures to ensure these meet and exceed best practices. To carry out this review, the College has engaged an independent third-party expert: Cynthia Petersen is one of Canada’s top human rights and labour lawyers, the Law Society of Upper Canada’s Discrimination and Harassment Counsel and a former professor of law. If you have any questions, suggestions, concerns or complaints (including historical concerns or complaints), you are invited to contact Ms. Petersen on a confidential basis directly at cpetersen@goldblattpartners.com or by phone at 416-979-6440 or toll-free at 1-800-387-5422 (ext. 6440).
     

At Pearson College, we have zero tolerance for inappropriate behaviour. We are unequivocally committed to a safe and respectful experience for every individual – students, alumni, faculty, staff and guests – associated with the College. 

UWC Council Meeting in Mostar, Bosnia and Herzegovina

Sadly, due a raging fever and sore throat, I was unable to attend the UWC Heads of Colleges meetings in Mostar, Bosnia immediately following the Toronto meetings. However, Tony Macoun and Heather Gross were present for Council meetings hosted by the UWC Mostar College from which Tony brought excellent news. In particular, he noted that Jens Waltermann, the new UWC Executive Director and an alumnus of Pearson College, has started his tenure at full speed “and there is a real feeling of change and direction in the organization.”    

The Canadian Federal Election and UWC Friends

The results of the 2015 federal election on October 19 represent the Real Change promised by Justin Trudeau and the Liberal Party of Canada. As the first Gen-X prime minister, I believe he represents true generational change. Given his long-term commitment to youth programs, I anticipate solid policy and program innovations to be implemented in the near future and will be following developments closely on behalf of the Pearson community. Nothing could be a better augur than the fact that he has reserved the portfolio of Minister of Youth for himself. 

Chrystia Freeland, alumna of UWC Adriatic and Canada’s new Minister of International Trade, is certainly the most high profile of UWC alumni to have been a candidate. However, I also want to pay tribute to Pearson alumni who were candidates: Mary Louise Babineau, candidate for the Green Party, who notes in her official bio that she “first became interested in environmentalism and green issues while studying at Pearson College;” Tanya De Mello who stood for election for the NDP in Etobicoke Centre; Craig Scott, who was defeated in his bid for reelection in Toronto-Danforth. Kudos to all three for stepping up and putting their personal lives on hold during the record 78-day campaign! While they were not successful this time, I am sure that their commitment to public service will not end. On behalf of the entire Pearson community, I extend our gratitude to them.

The Banff Forum – “The Young and the Restless”

The Banff Forum is an annual retreat that brings together established and emerging leaders from across Canada and leading thinkers from around the world to discuss topics of national importance. Its aim is to reinvigorate public debate in Canada and to find ways to strengthen our country.

I have been attending the Forum since the inaugural session in 2002 and every year it has been a source of inspiration. Banff XIV, focused on The Young and the Restless: Tackling the Coming Generational Divide in Canada, did not disappoint! The combination of renowned speakers and participants representing the best and the brightest of young leadership in public thought and action is always stimulating. As always, I came away challenged and energized, keen to share thoughts and plans with the Pearson community.

One of the happy surprises this year was the number of new faces among the participants – a great sign of renewal!

Two highlights (among so many) were the keynote address by U.S. State Department Senior Economic and Tech Advisor Sabeen Malik on how foreign policy is being impacted by intergenerational trends and disruptive technologies; and the “unconference” coordinated by Kyle Hill (Jeanne Sauvé Fellow and co-founder of Teach for Canada).

Given that this year’s Forum immediately followed the federal election, one of the most compelling presentations was given by top pollster Frank Graves on intergenerational challenges - highlighting the loss of optimism and opportunity for our youth. It confirmed my conviction that Pearson represents the solution to so many of our challenges.

Other highlights included the Mayors’ Panel with (fellow WEF Young Global Leader) Naheed Nenshi and Don Iveson; and the Leader’s Panel with Chief Perry Bellegarde of the Assembly of First Nations and New Brunswick Premier (another fellow WEF YGL) Brian Gallant on the dilemma posed by different patterns of political engagement among age groups.

I was delighted to chair the Saturday morning panel on The Inter-Generational Impacts of High School Dropout Rates: Perspectives and Solutions from Quebec. The two panelists are long-time friends: Jim Hughes, President of the Graham Boeckh Foundation, and Gabriel Bran Lopez, Founder, Fusion Jeunesse and a Jeanne Sauvé Fellow. Gabriel was recently featured as one of 15 Montrealers Who Are Changing the World. Jim and Gabriel highlighted early intervention techniques and initiatives currently in place to deal with this issue.

Every year, the Banff Forum is a very special reunion with so many talented friends; too many to mention for fear of leaving someone out, but I was especially happy to see my friend and former colleague, Ilona Dougherty, youth engagement expert and co-founder of Apathy is boring . We had an opportunity to talk about her work on the Canadian University Report 2016 (See: Beyond rehearsal for the real world and I look forward to welcoming her to Pearson soon.

One final note, I am honoured to have been invited to join – and have accepted – a Special Advisory Council to the Banff Forum, along with three of the four Forum founders and the new Chair of the Jeanne Sauvé Foundation, Antonia Maioni.

Reconciliation, Conflict Prevention and the Promotion of More Inclusive Societies

During the week of October 26 to 30, I attended the inaugural Executive Education course, Reconciliation, Conflict Prevention and the Promotion of More Inclusive Societies at the McGill Institute for the Study of International Development (ISID).

The challenging, and stimulating program included a stellar list of speakers. Jennifer Brennan from University of Toronto’s Ontario Institute for Studies in Education, Indigenous Education Initiative, led the module on the Role of Education in Reconciliation (Presentation Slides). After tracing the shameful history of education of indigenous peoples in Canada, she ended on a note of optimism, citing the adoption of the Sustainable Development Goals that include Goal 4: Ensure inclusive and quality education for all and promote lifelong learning; and Canada’s commitments to implement the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples (UNDRIP) and all TRC recommendations. She concluded, “Considering education as both a human right and an indigenous right as we move to the implementation of the post-2015 development agenda calls for a thoughtful conversation on research, policy and practice.”

Two of the speakers have close ties to Pearson College: former Prime Minister, the Right Honourable Joe Clark, who is vice chairman of the Global Leadership Foundation and Truth and Reconciliation Commissioner Marie Wilson whose husband is Pearson College Board Member and former NWT Premier Stephen Kakfwi.

Commissioner Wilson, who led the module The Experience of the Canadian TRC, underlined that reconciliation will require leadership and sustained efforts of citizens, academic, spiritual and corporate institutions, in support of the continuous efforts of indigenous and public leadership working together. Mr. Clark emphasized that lasting reconciliation requires openness to other views, along with the anticipation of areas of conflict combined with action to find common ground before divisions become too entrenched. He reminded us all that mutual respect is essential to real reconciliation, and concluded with the notion of “leading from beside” – shared power among state and non-state actors.

Finally, my favorite quote, “Some degree of humour – or at least lack of sanctimony – is key to successful reconciliation.”





Désirée McGraw 

President and Head of College 
Pearson College UWC

 

 

Nouvelles de la Présidente


Automne 2015

Nouvelles de la Présidente vise à tenir les membres de la communauté élargie du Collège Pearson au courant de ce qui se passe au Collège et des activités auxquelles a pris part la présidente et rectrice Désirée McGraw. Nouvelles sera également affiché sur la page actualisée de la Présidente sur le site Web du Collège Pearson et accessible à partir des réseaux sociaux du Collège. À l’occasion, Nouvelles publiera également les billets d’autres dirigeants du Collège Pearson.

Introduction

Que de moments passionnants! Je sais pertinemment que je vais me répéter dans les années qui viennent, mais ma première session d’automne à Pearson aura été riche en expériences exceptionnelles dont je tenais à partager avec vous les faits saillants. Je promets de ne pas être toujours aussi loquace, mais j’avais cette fois-ci énormément de bonnes choses à vous communiquer.

Certains d’entre vous s’interrogent peut-être sur mon titre : présidente et rectrice du Collège. Il est légèrement différent de ceux de mes prédécesseurs, qui se faisaient appeler directeur, directeur de l’école ou chef d’établissement. Ce changement reflète plusieurs choses. Il s’inscrit tout d’abord dans la récente vague de nominations au sein du réseau UWC. Mais il correspond avant tout aux attentes que le conseil d’administration place dans ce rôle et qui reflètent nos trois principales priorités : raffiner la formation et les expériences que nous offrons aux étudiants de façon à ce que notre programme et notre campus aient une stature mondiale, élargir le profil public et l’engagement communautaire du Collège Pearson, et avoir des assises financières durables.

Afin de renforcer ce mandat, le Conseil a créé le titre de président et recteur du Collège et le poste de recteur adjoint, qui est occupé par Mark Bannar-Martin. Il a, du coup, redéfini les rôles et redistribué les responsabilités de chacun.

Outre mes fonctions de rectrice du Collège, mon mandat consiste à promouvoir énergiquement Pearson auprès de nos auditoires externes, notamment les donateurs et partenaires existants et potentiels, ainsi que les éventuels étudiants et le grand public au Canada et ailleurs dans le monde. Vous avez été nombreux à m’entendre dire à quel point je suis convaincue que l’éducation peut contribuer à résoudre certains des enjeux les plus pressants du monde. Je sais que le Collège Pearson est une institution qui a un rôle important et significatif à jouer en ce sens. Je suis résolue à ce que le Collège ait de solides assises pour soutenir ce rôle, et c’est pourquoi je m’emploie à diffuser ce message en multipliant mes voyages à l’étranger pour faire connaître notre établissement UWC vraiment unique.

Il s’agit d’une fonction de grande envergure que je ne pourrais assumer sans le soutien constant de l’entière communauté Pearson. Je remercie tout le monde pour l’appui que vous m’accordez et je sais que vous allez continuer à m’aider à faire rayonner le Collège Pearson.

Table des matières


Octobre : un mois placé sous le thème de la réconciliation

Dans mon allocution inaugurale du 31 août aux étudiants qui débutaient et poursuivaient leur séjour parmi nous, j’ai exhorté toute la communauté Pearson – sur le campus et en dehors – à penser à la façon dont nous pourrions contribuer à la réconciliation avec les Autochtones du Canada. Ma démarche faisait suite à la publication du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, un document de référence essentiel qui explique à tous les Canadiens ce qu’étaient les pensionnats et la place qu’ils tiennent dans l’histoire du pays.

J’ai spécifiquement dit ce qui suit : « Maintenant que le rapport a exposé la vérité, la Commission met le pays au défi de participer à la réconciliation. Il s’agit d’un défi pour les Autochtones et tous les Canadiens. Si vous vous souciez le moindrement de justice sociale, c’est un défi qui nous concerne tous. Je crois que le Collège Pearson a une responsabilité particulière, car nous sommes capables de relever ce défi. L’histoire et la réalité des pensionnats sont contraires à tout ce que nous prônons. Et en tant que pensionnat qui célèbre la communauté et la diversité sous toutes leurs formes, nous avons une occasion unique de faire une différence. Il nous reviendra, en tant que communauté, de déterminer la forme que prendra notre contribution et de la créer ensemble. J’invite tous les étudiants, professeurs et employés à commencer à penser activement – pendant nos discussions informelles et nos réunions officielles – à la contribution que le Collège Pearson pourrait apporter à la réconciliation. Nous allons participer ensemble, en tirant parti de notre diversité d’expériences et de perspectives, à la réconciliation collective avec les Premières Nations. »

Affaires internationales : Stephen Kakfwi

Le 6 octobre, Stephen Kakfwi, administrateur du Collège Pearson, nous a fait l’honneur de prononcer une allocution à titre de conférencier invité à notre session sur les affaires internationales. Neuvième premier ministre des Territoires du Nord-Ouest (2000-2003) et ancien président de la Nation des Denés, M. Kakfwi est un survivant du système de pensionnats. Il a livré un témoignage bouleversant et éloquent sur cette période douloureuse et l’impact persistant qu’elle a eu sur sa vie :

« Il y a beaucoup de choses dans la vie dont je suis reconnaissant, mais également un aspect négatif. Le Canada a eu, pendant 150 ans une loi qui permettait d’entrer chez les gens et d’emmener leurs enfants… on est venu me chercher quand j’avais cinq ans et on m’a ramené à 14 ans. J’ai grandi dans un pensionnat et je ne savais pas ce que cela signifiait d’être élevé par un parent… de passer des vacances en famille. De grandir avec un frère et une sœur. D’avoir quelqu’un qui vous borde et vous souhaite une bonne nuit… J’ai cru que c’était de ma faute, même les infirmières m’ont dit que j’étais le mal… Cela a été dévastateur pour nous et notre famille d’être séparés de notre peuple, de notre culture et de notre langue. »

Rencontres de Calgary – Congrès international du YMCA et retrouvailles d’anciens

Plus de 300 délégués, principalement du Canada, du Mexique et des États-Unis, se sont réunis pour réfléchir à des façons innovatrices de développer le leadership en y intégrant une optique et une perspective globales. J’ai eu le grand plaisir de faire partie du panel des leaders ayant pour thème Exploring Global Leadership, aux côtés des PDG des YMCA des États-Unis et du Mexique. Après la plénière, j’ai présidé l’atelier Continuing the Conversation – Exploring Global Leadership. Cet atelier dynamique a permis aux participants d’approfondir les idées, les thèmes et les défis qui sont ressortis du panel sur la mobilisation des jeunes face aux enjeux mondiaux. Bien entendu, j’ai saisi la moindre occasion pour parler du rôle que joue le Collège Pearson en utilisant l’éducation pour susciter le changement!

Pendant mon séjour à Calgary, j’ai rencontré des anciens de la région. Ce fut une excellente occasion de renouer avec eux et de fournir de précieux conseils et idées sur la façon dont le Collège Pearson peut mieux rejoindre les anciens étudiants. J’ai aussi eu des entretiens individuels avec ceux qui sont restés en contact étroit avec les membres de la communauté Pearson.

On revient à 200 – Réunions du conseil et assemblée générale annuelle à Toronto

L’assemblée générale annuelle et les réunions du conseil d’administration du Collège Pearson tenues à la mi-octobre ont été extrêmement fructueuses. C’était la première fois que je m’adressais en personne aux administrateurs.

J’ai le plaisir d’annoncer, avec Tony Macoun, président du Conseil, que le Conseil a accepté ma proposition de ramener à 200 le nombre d’étudiants fréquentant le Collège Pearson. Il s’agissait d’un objectif auquel nous aspirions depuis quelque temps mais que nous ne pouvions pas confirmer tant que le Conseil ne serait pas convaincu que nous pouvions y arriver d’une façon qui serait financièrement réalisable pour le Collège et qui nous permettrait d’offrir une expérience innovatrice, enrichissante et significative à tous les étudiants de Pearson. 

Je remercie tout particulièrement le groupe de travail Pearson sur les inscriptions pour son excellente contribution. Tous, y compris les administrateurs Ciro Echesortu, Jean Drouin et Samer Sarraf, ainsi que Heather Gross, directrice des admissions, Ann Pennant, directrice des finances et des ressources humaines, et Mark Bannar-Martin, doyen des études, se sont investis à fond pendant deux mois afin de pouvoir fournir les renseignements et justificatifs nécessaires.

Le conseil d’administration a offert à Toronto une réception qui a attiré de nombreux anciens, mécènes, amis et fidèles du Collège. Nous remercions tout particulièrement Tom Sutton, diplômé et ancien administrateur de Pearson, et le cabinet d’avocats McCarthy Tétrault, qui a très généreusement fourni un endroit magnifique pour la réception, notre assemblée générale annuelle et les réunions du conseil. 

Nous prenons nos responsabilités au sérieux

Maintenant qu’une nouvelle équipe de direction est en place, et après 42 années d’existence en tant qu’institution UWC nationale du Canada, nous avons entrepris d’examiner toutes les facettes de notre mandat et de nos opérations de façon à pouvoir continuer à offrir une expérience éducative extraordinaire à nos étudiants qui viennent de partout au Canada et des quatre coins du globe.

Je veux vous parler plus spécifiquement de deux jalons importants qui s’inscrivent dans notre approche de la bonne gouvernance et feront en sorte que nous puissions continuer à observer des pratiques exemplaires et à faire mieux encore :

  • Nous étendons l’accès au service EthicsPoint existant de façon à ce qu’il soit disponible en ligne dans le monde entier et par téléphone dans plus d’endroits du globe. EthicsPoint offre un accès anonyme par téléphone et en ligne qui facilite les signalements et les enquêtes sur des sujets de préoccupation, et il est mis à la disposition des étudiants, du corps professoral, du personnel et des anciens. Ce service étendu sera accessible à partir du site Web du Collège d’ici quelques semaines.
  • À l’instar de nombreux établissements d’enseignement au Canada et ailleurs dans le monde, Pearson revoit d’une façon proactive son code de conduite et ses politiques et procédures de dénonciation afin de s’assurer qu’elles sont conformes voire supérieures aux pratiques exemplaires. Le Collège a fait appel aux services d’une experte indépendante pour effectuer cet examen : Cynthia Petersen est une des meilleures avocates spécialisée en droits de la personne et droit du travail, la conseillère en discrimination et harcèlement auprès de la Law Society of Upper Canada, et une ancienne professeure de droit. Si vous avez des questions, suggestions, préoccupations ou plaintes (y compris des préoccupations ou plaintes anciennes), vous pouvez communiquer directement et en toute confidentialité avec Mme Petersen en écrivant à cpetersen@goldblattpartners.com ou en appelant au 416-979-6440 ou sans frais au 1-800-387-5422 (poste 6440).

Le Collège Pearson ne tolère absolument pas les comportements inappropriés. Nous nous sommes fermement résolus à offrir une expérience sécuritaire et respectueuse à toutes les personnes – étudiants, anciens, professeurs, employés et invités – associées au Collège.

Réunion du conseil de l’UWC à Mostar, en Bosnie-Herzégovine

Une forte fièvre et un mal de gorge m’ont malheureusement empêchée d’assister à la réunion des recteurs des collèges UWC à Mostar, en Bosnie, immédiatement après celles de Toronto. Mais Tony Macoun et Heather Gross ont participé aux réunions du conseil organisées par le Collège Mostar UWC. Tony en a ramené d’excellentes nouvelles. Il a notamment indiqué que Jens Waltermann, le nouveau directeur général de l’UWC et ancien du Collège Pearson, a entamé son mandat en trombe, et « on sent vraiment un changement et une orientation nouvelle au sein de l’organisation ».

Élection fédérale canadienne et amis de l’UWC

Les résultats de l’élection fédérale de 2015 tenue le 19 octobre dernier représentent le vrai changement promis par Justin Trudeau et le Parti libéral du Canada. Comme il s’agit du premier premier ministre de la génération X, je pense qu’il incarne un véritable changement de génération. Étant donné son engagement de longue date en faveur des programmes pour la jeunesse, je m’attends à ce que des innovations de taille soient apportées prochainement aux politiques et programmes, et je vais suivre attentivement les développements pour le compte de la communauté Pearson. Le fait qu’il se soit réservé le portefeuille de ministre de la Jeunesse est de très bon augure. 

Chrystia Freeland, qui a fréquenté le UWC of the Adriatic et est la nouvelle ministre du Commerce international du Canada, est certainement l’ancienne UWC dont la candidature aura été la plus remarquée. J’aimerais toutefois rendre hommage aux anciens de Pearson qui étaient dans la course électorale : Mary Louise Babineau, candidate pour le Parti vert, qui indique dans sa biographie officielle qu’elle a « commencé à s’intéresser à l’environnement et aux enjeux verts pendant qu’elle étudiait au Collège Pearson »; Tanya De Mello, qui s’est présentée pour le NPD à Etobicoke Centre; et Craig Scott, qui n’est pas arrivé à se faire réélire dans Toronto-Danforth. Bravo à tous les trois pour avoir tenté leur chance et renoncé à toute vie personnelle pendant cette campagne d’une durée record de 78 jours! Ils n’ont peut-être pas réussi cette fois-ci, mais je suis convaincue que leur engagement en faveur du service public ne cessera pas. Je tiens à leur exprimer, au nom de la communauté Pearson, toute notre gratitude.

Forum de Banff – The Young and the Restless

Le Forum de Banff est une retraite annuelle qui réunit des leaders établis et émergents venant de partout au Canada et de grands penseurs du monde entier pour discuter de sujets revêtant une importance nationale. Il vise à relancer le débat public au Canada et à trouver des façons de renforcer notre pays.

Je participe au Forum depuis ses débuts en 2002 et j’y ai trouvé chaque année une source d’inspiration. Le 14e Forum de Banff, qui avait pour thème The Young and the Restless: Tackling the Coming Generational Divide in Canada, n’a pas déçu! La combinaison de conférenciers renommés et de participants représentant les meilleurs et plus brillants jeunes leaders de la pensée et de l’action publiques est toujours stimulante. Comme toujours, j’en suis repartie emballée et prête à relever des défis, et résolue à partager mes pensées et mes projets avec la communauté Pearson.

Cette année, nous avons été agréablement surpris par le nombre de nouveaux participants – un excellent signal de renouvellement!

L’allocution de Sabeen Malik, économiste principale et conseillère technique du Département d’État américain, sur l’impact des tendances intergénérationnelles et des technologies perturbatrices sur la politique étrangère, et la « non-conférence » coordonnée par Kyle Hill (Fellow Jeanne Sauvé et cofondateur de Teach for Canada) ont été deux moments forts du Forum (parmi bien d’autres).

Comme le Forum de cette année suivait immédiatement l’élection fédérale, le grand spécialiste des sondages Frank Graves a fait une des présentations les plus intéressantes sur les changements intergénérationnels, en mettant l’accent sur le manque d’optimisme et de possibilités pour nos jeunes. Cela a renforcé ma conviction que le Collège Pearson représente la solution à un grand nombre de nos défis.

Mentionnons aussi le panel des maires qui a réuni Naheed Nenshi (ancien WEF Young Global Leader) et Don Iveson; et le panel des leaders auquel ont participé le chef Perry Bellegarde de l’Assemblée des Premières Nations et Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick (et ancien WEF YGL), et qui a porté sur le dilemme que posent les différents modèles d’engagement politique parmi les groupes d’âge.

J’ai eu le plaisir de présider le panel du samedi matin ayant pour thème The Inter-Generational Impacts of High School Dropout Rates: Perspectives and Solutions from Quebec. Les deux panélistes, Jim Hughes, président de la Fondation Graham Boeckh, et Gabriel Bran Lopez, fondateur de Fusion Jeunesse et Fellow Jeanne Sauvé, sont des amis de longue date. Gabriel a récemment figuré au palmarès des 15 Montréalais qui changent le monde. Jim et lui ont présenté des techniques et des initiatives en matière d’intervention précoce qui existent actuellement au Québec pour remédier à ce problème.

Le Forum de Banff est un rendez-vous annuel très spécial réunissant une foule d’amis talentueux que je ne nommerais pas par crainte d’en oublier quelques-uns. J’ai été particulièrement heureuse de retrouver mon amie et ancienne collègue Ilona Dougherty, experte en mobilisation des jeunes et cofondatrice de L’apathie c’est plate. Nous avons eu l’occasion de parler de son travail sur le Canadian University Report 2016 (lire l’article Beyond rehearsal for the real world et je suis impatiente de l’accueillir bientôt à Pearson.

Enfin, j’ai eu l’honneur d’être invitée – ce que j’ai accepté - à faire partie d’un conseil consultatif spécial du Forum de Banff, aux côtés de trois des quatre fondateurs du Forum et d’Antonia Maioni, la nouvelle présidente du Conseil de la Fondation Jeanne Sauvé.

Réconciliation, prévention des conflits et promotion de sociétés plus inclusives

Pendant la semaine du 26 au 30 octobre, j’ai assisté au cours inaugural d’éducation des cadres supérieurs intitulé Reconciliation, Conflict Prevention and the Promotion of More Inclusive Societies, à l’Institut d’étude du développement international de McGill (IEDI).

Ce programme stimulant et riche en défis comportait une liste de prestigieux conférenciers. Jennifer Brennan, de l’Institut des études pédagogiques de l’Ontario, Initiative sur l’éducation autochtone, de l’Université de Toronto, a dirigé le module sur le rôle de l’éducation dans la réconciliation (diapositives de la présentation). Après avoir évoqué l’histoire honteuse de l’éducation des Autochtones au Canada, elle a conclu sur une note optimiste en faisant allusion à l’adoption des objectifs du développement durable, notamment l’objectif 4 qui consiste à assurer l’accès à tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie; et aux engagements du Canada à mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et toutes les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation. « Étant donné que l’éducation est un droit humain et un droit autochtone, il faut discuter sérieusement de recherche, politique et pratique maintenant que nous nous apprêtons à mettre en œuvre le programme de développement d’après 2015 », a-t-elle conclu.

Deux des conférenciers sont étroitement liés au Collège Pearson : il s’agit du très honorable et ancien premier ministre Joe Clark, qui est vice-président de la Global Leadership Foundation, et de Marie Wilson, commissaire à la Commission de vérité et réconciliation, dont l’époux Stephen Kakfwi est administrateur du Collège Pearson et ancien premier ministre des Territoires du Nord-Ouest.

La commissaire Wilson, qui a dirigé le module The Experience of the Canadian TRC, a souligné que la réconciliation nécessitera un leadership et des efforts constants de la part des citoyens, universitaires et institutions spirituelles et corporatives afin de soutenir la volonté permanente qu’ont les leaders autochtones et publics de travailler ensemble.

M. Clark a insisté sur le fait qu’une réconciliation durable exige d’être ouvert à d’autres points de vue et d’anticiper les sujets de conflit, tout en cherchant un terrain d’entente avant que les divisions ne s’accentuent trop. Il nous a rappelé que le respect mutuel est essentiel pour une réconciliation véritable et il a conclu en parlant de « diriger en tandem », autrement dit partager le pouvoir entre les acteurs de l’État et hors État.

Et je conclus avec ma citation préférée : La clé d’une réconciliation réussie passe par un certain sens de l’humour ou, à tout le moins, une absence de moralisation.
 




Désirée McGraw

Présidente et rectrice 
Collège Pearson UWC

 

 

POSTED BY DANIELLE 0 COMMENTS
SHARE
FRIDAY, 11 DECEMBER 2015 11:44 AM

Pearson College Appoints Désirée McGraw as New President

Internationally recognized advocate becomes first woman to lead College. Désirée McGraw, one of Canada’s most influential advocates for youth engagement, international cooperation and sustainable development, was appointed President of Pearson College on April 20, 2015, as the first woman ever to hold this post in the school’s 40-year history. Read on for full details about her announcement, speeches and media coverage... READ MORE
POSTED BY DANIELLE 0 COMMENTS
SHARE